AAAAhhhh !!!! Quel plaisir de se retrouver en canyon en cette période de fin d’automne. Personne à l’horizon !!! Le canyon rien que pour nous !!!

Alors on s’équipe, on vérifie que tout est OK, et vient  rapidement le moment fatidique, redouté au départ, celui du remplissage de la combi… Un petit moment de souffrance vécu tous ensemble où l’on se dit que si l’autre y arrive, il n'y a pas de raison que cela ne passe pas bien pour soi ! Alors on souffle fort, on contracte tout ce qu’on peut contracter et on sent l’eau rentrer petit à petit dans la combi. Cela ruisselle sur le dos, cela rentre par les jambes et on entend des « Ouuuufffff » quand l’eau arrive sur les endroits plus sensibles.

Mais ce n’est pas l’heure de se plaindre ! Ça y est, on est engagé dans le canyon, on ne peut plus sortir et on a un rythme à tenir pour ne pas trop se refroidir. Un rappel, puis deux, puis c’est le grand saut. S’en suit un passage quasi souterrain d’une rare beauté… La descente se poursuit et cela fait déjà un moment que la chaleur dégagée par le corps a bien réchauffé l’eau emprisonnée entre la peau et la combi. On peut savourer les obstacles suivants : la double cascade, le siphon, et l’estrecho dans le granit rose.

Tout est parfait. La fin du canyon approche et là…. Misère ! Le pied d’un des nôtres se coince sous l’eau entre deux parois rocheuses qui forment un V. Heureusement que l’eau n’arrive qu’au niveau des cuisses. Mais impossible de décoincer la chaussure. Au bout de plusieurs minutes nous décidons de défaire les lacets, ce qui permet à la personne de se libérer de l’emprise. Mais la chaussure, elle, est toujours au fond de l’eau. Il faudra plusieurs minutes supplémentaires pour la décoincer.

C’est donc sur cette drôle d’expérience, qui aura eu un bénéfice certain pour le groupe, que s’achève notre expédition aquatique automnale.

1

2

Je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures.

  Julien Manresa, professeur d’EPS

PS : L’évènement du pied coincé au fond de l’eau nous rappelle la nécessité absolue pour tous les sports d’eaux vives d’avoir à disposition immédiate un couteau (ou autre outil similaire), par exemple dans un fourreau à la ceinture, au moins pour le leader du groupe. Attention également en canoë où des accidents tragiques dûs à un coincement du pied alors que la personne est complètement immergée trouvent une de leurs causes dans des chaussures trop bien serrées et lacées.