Les trente six élèves de la classe de 1ère ES-L ayant participé au Prix Goncourt des lycéens ont été sollicités pour répondre à une enquête sur leur expérience et nous avons relevé quelques éléments pour dresser un bilan.

Avant de commencer cette aventure, deux tiers des élèves ne connaissaient ni le prix Goncourt, ni le Prix Goncourt des Lycéens. Une vingtaine se considéraient comme « assez » lecteurs, et une dizaine « peu ou pas du tout » lecteurs. La même proportion se retrouve quand on leur demande s’ils lisent des auteurs contemporains.

1ESL

A propos de la sélection de quinze romans en lice pour le prix Goncourt des Lycéens (ndlr : identique à celle du Prix Goncourt), les élèves en ont lu en moyenne sept intégralement, et deux et demi partiellement. À part un élève qui n’a pas été du tout intéressé, quatorze ont trouvé cela intéressant, et une vraie chance de participer à cet événement, les autres ont été intéressés mais ont trouvé que cela donnait beaucoup de travail. Il faut rappeler que les livres sont arrivés fin septembre au CDI, et qu’il a fallu lire quinze romans en quelques semaines, car le 5 et le 9 novembre 2018 ont eu lieu les deux tours de « vote » pour déterminer les trois romans choisis par la classe ainsi que l’élève délégué. Quelques élèves ont lu toute la sélection !
Pendant la période de participation l’intérêt des élèves a été maintenu grâce à la lecture des ouvrages pour plus de la moitié, aux présentations orales et aux débats, et surtout grâce à la rencontre avec les auteurs. D’autres éléments ont joué un rôle favorable : les activités d’expression écrites, regarder des émissions littéraires et la lecture de critiques littéraires.

Un des moments forts a été la rencontre régionale, à Toulouse, en octobre avec huit auteurs de la sélection. Ce qui a été très apprécié : le fait de pouvoir découvrir des auteurs, de pouvoir poser des questions, de pouvoir dialoguer, surtout au moment des dédicaces qui ont permis de réels échanges. Pour beaucoup d’élèves c’était la première fois qu’ils rencontraient des écrivains, ils ont trouvé qu’ils étaient "accueillants", "intéressants", "passionnants". Ils ont parfois reconsidéré leur position sur des livres, cela a pu redonner une chance, relancer l’intérêt de la lecture, et surtout certains ont pu rencontrer leur auteur favori.

A propos des délibérations, la classe a dû exprimer un vote en choisissant trois titres, et pour cela deux tours ont été nécessaires, sans trop de difficulté, après un moment de débat, le tiercé a pu être formalisé.

Les arguments mis en avant sont, pour vingt-quatre élèves, le contenu des œuvres, pour vingt, les qualités stylistiques, pour dix-huit, la portée sociale ou morale, et seulement sept d’entre eux évoquent la personnalité de l’auteur.

Et à propos de l’attribution finale du Prix Goncourt des Lycéens 2018 au roman Frères d’âme de David Diop la moitié de la classe dit être « tout à fait » satisfaite.

On peut tirer une conclusion très positive de cette expérience, la participation au Prix Goncourt a éveillé un réel intérêt pour la littérature contemporaine et pour l’expression des idées autour des livres lus.

P. Castagnier, A. Suteau