Culture. Romans, fictions radiophoniques, textes de théâtre, nouvelles, essais, récits, livres jeunesse… Quand on écrit un peu de tout…

Les élèves de la classe de Seconde GT03 du lycée Jean-Moulin à Béziers, ayant pour enseignement d’exploration « Littérature et Société » sont partis à la rencontre d’Eric Pessan, vendredi 21 septembre 2018, à la médiathèque André-Malraux, dans le cadre des « Chapiteaux du livre ». Le but de cette rencontre était de découvrir le métier d’écrivain raconté par l’écrivain lui-même et d’enrichir la culture des élèves.

 Eric Pessan médiathèque Littérature et Société

Qui est Eric Pessan?

Eric Pessan Source: Site BabelioEric Pessan est un écrivain français qui est né le 3 janvier 1970 à Bordeaux. Il est aujourd’hui marié, père de famille et vit à Nantes. Il est l’auteur de plusieurs romans, de poésies, d’essais, de récits, de nouvelles, de pièces de théâtre, de livres jeunesse, de romans de fictions radiophoniques. Il s’intéresse plus précisément à l’époque contemporaine. Il écrit également des articles pour des revues. Eric Pessan a aussi publié un carnet de croquis et anime également des ateliers d’écriture. Il a au total écrit 35 livres tout seul. En 2015, il est lauréat du prix NRP de littérature jeunesse pour son roman Aussi loin que possible, publié à l’école des loisirs.

 

 

 La rencontre

La rencontre avec l’écrivain s’est déroulée dans l’auditorium de la médiathèque. Dans un premier temps c’est Emmanuel Quentin, médiathécaire, qui a interviewé Eric Pessan. C’est à ce moment-là que les élèves en ont plus appris sur l’écrivain.

Depuis tout jeune Eric Pessan aime lire et lit beaucoup. Ce qui compte pour lui c’est écrire, d’avoir le plaisir d’écrire et non pas le genre de livres qu’il peut écrire. Son « cauchemar » serait de ne « plus avoir ce plaisir là d’écrire ». Il est actuellement en train de réfléchir à un livre de science fiction. Il lui est déjà arrivé d’écrire cinquante pages qui, au final, n’étaient pas cohérentes et d’annuler son projet. Il ne perd pas, malgré cela, espoir et détermination.

 Eric Pessan et son ami Olivier Solminihac ont décidé d’écrire ensemble un livre qui s'intitule Les Etrangers. ILes étrangers couverturels se sont donnés rendez-vous dans un café et ont discuté de l'éventuelle idée d'écrire un livre ensemble. Ils se sont mis d'accord sur le fait que chacun écrive des idées pour le livre. Eric Pessan n'a rien fait et un jour Olivier lui a envoyé par mail le premier chapitre tout fait. Alors, ils ont décidé d'écrire un chapitre chacun. Eric allait écrire les chapitres pairs et son collègue Olivier les chapitres impairs. Lorsque l'un finissait un chapitre il l'envoyait à l'autre par mail qui devait écrire la suite. Ils ont écrit le 21ème et dernier chapitre ensemble : dans ce 21ème chapitre, une phrase était par exemple écrite par les deux écrivains, l'un la commençait, l'autre la terminait. Durant l'écriture du livre, Olivier n'écrivait jamais ce qu’Eric Pessan pensait qu'il allait écrire : par exemple, dans un chapitre Eric Pessan s'est arrêté au moment où des personnages sont à l'entrée d'un tunnel sombre, il pensait qu'Olivier prendrait la suite en mettant de l'action, des obstacles à l'intérieur du tunnel. En réalité, il ne s'est rien passé et rien n'est arrivé aux personnages dans le tunnel !

Ils ont mis trois mois pour écrire ce livre car Olivier est aussi correcteur, le travail était donc simple et rapide. La correction fait partie de l'écriture, en général il faut quatre à cinq jours pour corriger cinq pages faites en un jour. Pour écrire ce livre chacun a du s'adapter à l'écriture de l'autre (Eric Pessan écrit des phrases plus longues qu'Olivier). Les gens qui ont lu ce livre n'ont pas vu ou ressenti une différence d'écriture.

"Quelles reflexions déclenchent ces mots pour vous, Eric Pessan ?", demande Emmanuel Quentin :
Choix ? « On a tous le choix, tu as le choix d'être là, de ne pas être là. On a le choix se déplacer où l'on veut, etc.»
Histoire-histoires ? La grande Histoire et les petites histoires. « Malgré la Grande Histoire qui regroupe les événements, la société et
c... nous avons tous notre histoire qui nous définit. Par exemple l'immigration est un phénomène dans l'Histoire mais chaque migrant a sa propre histoire et ses raisons d'émigrer ». Eric Pessan a évoqué le sujet des migrants et nous a exposé une partie de sa vision de la société.

Échanges entre les élèves et l'écrivain

Les élèves ont, à leur tour, posé leurs questions auxquelles Eric Pessan a répondu. Nous avons ci-dessous regroupé ses réponses.
       Pour écrire à deux il faut que chacun accepte la différence d'écriture entre la sienne et celle de l'autre, et de faire en sorte de s'adapter au mieux pour ne pas qu'il y
ait un déséquilibre durant l'écriture et la lecture du livre. Le temps qu'il faut pour écrire un livre dépend du nombre de pages, du choix de l'écrivain de faire des pauses ou non etc. Il a fallu à Eric Pessan et à Olivier Soliminihac trois mois pour écrire Les Étrangers, de même qu'il a fallu à Eric Pessan trois ans pour écrire Don Quichotte : autoportrait chevaleresque.
Il
peut écrire plusieurs livres à la fois et prend des notes pour les projets à venir.
Eric Pessan n'a jamais écrit d'autobiographie car il estime qu'il n'a pas une vie passionnante, intéressante. Il pense que personne ne lirait son autobiographie.
Il a aussi déjà écrit un livre à partir d'une image qu'il a vue. Il souhaiterait écrire une histoire grâce à des photos en noir et blanc qu'il a actuellement d'un photographe.
Eric Pessan a donné aux élèves des conseils pour écrire:
Pour écrire, il faut :
- lire
- être exigeant vis à vis de soi-même
- avoir de la technique
- faire lire
Le livre préféré d'Eric Pessan est Don Quichotte
de Cervantès, il s’en est inspiré, il le trouve vraiment génial, il y a ajouté des faits imaginaires et l'a arrangé à sa manière.

ATMANI Siham,
CAGLAR Sumerya

P.S. En lisant l'article Eric Pessan nous a écrit : "Merci pour cet article. Et une petite chose pour les élèves, je rentre des Etats-Unis et j'ai lu la biographie d'un écrivain de science-fiction américain, Ray Bradbury, et j'aimerais leur donner cette citation : "You don't have to destroy books to destroy a culture. Just get people to stop reading them", ce qui se traduit approximativement par : "Vous n'avez pas besoin de détruire les livres pour détruire une culture. Simplement pousser les gens à arrêter de les lire."