Présentation de la maternitéelne1

Construit en 1900, ce château accueillit durant la période 1939-1944 des mères sur le point d’accoucher, internées dans les camps d’Argelès, Rivesaltes, Saint-Cyprien et Gurs. Grâce au courage et à la volonté d’une jeune femme du Secours suisse aux enfants, Élisabeth Eidenbenz, 600 enfants et leurs mères y furent mis à l’écart des camps, jusqu’à sa fermeture par les Allemands en 1944. Tous étaient des enfants de réfugiés espagnols, juifs ou tsiganes. Pendant plus de cinquante ans, l’histoire fut oubliée ; en 1997, le château tombé en ruine fut remis en état par un nouveau propriétaire. Celui-ci, avec l’aide de Guy Eckstein, né à la maternité, engagea un travail de mémoire qui aboutit à la cession de l’édifice à la Ville d’Elne en 2005 pour la création d’un lieu de mémoire, qui a été classé au titre des monuments historiques le 4 mars 2014. 

À partir de 1936, la République espagnole, proclamée en 1931, est soumise aux assauts de l’armée du général elne2Franco. Madrid est un front permanent de guerre ; le gouvernement légal se réfugie à Valence puis à Barcelone. En 1938, l’armée républicaine bat en retraite et les troupes franquistes envahissent la Catalogne fin janvier 1939. Durant plusieurs semaines, des centaines de milliers de républicains fuient alors vers la France. C’est la période de la « Retirada ». Afin de maîtriser le flot des réfugiés s’estimant entre 450 000 et 500 000 personnes, les autorités françaises les regroupent sur les plages des Pyrénées-Orientales : Argelès, Saint-Cyprien et le Barcarès, avant que ne soit créé le camp de Rivesaltes. Les réfugiés se protègent d’abord dans des abris de fortune, construits en roseaux, avant que les pouvoirs publics construisent des baraques et organisent quelques services. La fatigue de l’exil, la dureté des conditions de vie, le manque de soins et de nourriture provoquent une mortalité importante. Les hôpitaux étant débordés et réservés aux blessés, rien ou presque n’est prévu pour les femmes qui doivent accoucher.

Elisabeth Eidenbenz et la maternité durant la guerre
Durant la seconde Guerre Mondiale, Elisabeth Eidenbenz décide alors d’associer la maternité à la Croix-Rouge suisse. Mais à cause de cette guerre différents critères doivent être changés comme la politique de la maternité… La maternité doit être neutre et ne doit pas accueillir de réfugiés politiques, c’est à dire les Juifs, les Tsiganes et autres populations qui étaient en danger à cette époque. Elisabeth signe cet accord mais en sachant déjà qu’elle contournera les règles. Elle va continuer à soigner toutes les femmes et tous les enfants qui ont besoin d’aide. 200 enfants juifs naissent dans la maternité. Officiellement… Les femmes juives allemandes réfugiées falsifient souvent leur identité, prennent des noms espagnols. Aussi de nombreux nouveau-nés se retrouvent à porter des prénoms espagnols alors que les parents sont allemands pour passer de manière inconnue. Tout le monde vit avec la peur que la Gestapo fasse un contrôle et finalement, les Allemands ferment la maternité en 1944.

Elisabeth Eidenbenz rentre en Suisse, puis part en Autriche. Elle a reçu en 2002 la médaille des « Justes parmi les nations », et elle est décédée en 2011. Elisabeth Eidenbenz a sauvé 600 enfants.

Elisabeth Eidenberg

Voici la maternité avant et après la rénovation il y a quelques années.

elne 3

Une fois par an, les enfants d’Elisabeth qui se trouvaient dans la maternité étant enfant se retrouvent tous à la maternité afin de se rencontrer et se remémorer ce moment et d’avoir une pensée pour Elisabeth.

elne4
http://www.ville-elne.fr/fr/information/71625/la-maternite-suisse

Explications des activités :
Une fois arrivés nous sommes allés dans une salle où une des personnes travaillant dans la maternité nous a expliqué la totalité de l’histoire de la maternité, de l’histoire d’Elisabeth Eidenbenz et des conditions durant la guerre et lors que les réfugiés sont venus à la Maternité. Suite à ça nous sommes montés aux étages supérieurs où se trouvaient plusieurs affiches expliquant différentes histoires qui se sont déroulés tels que la retirada, la guerre qui se trouvent dans ce document. Puis nous avons terminé par la rédaction d’un article de presse en groupe avant de quitter le lieu.

élèves de 1ES2

Version de l'article en espagnol : Maternit__d_Elne_en_espagnol