Les élèves de 2de3, dans le cadre de leur enseignement d'exploration "Littérature et Société" ont pu assister à une audience du Tribunal correctionnel de Béziers. Quelques jours plus tard ils ont eu la chance de rencontrer la juge, Mme Ougier, et pouvoir lui poser de nombreuses questions. La classe a sélectionné, après un comité de lecture, quelques écrits sous forme d'articles de presse et d'autres qui sont plutôt des écrits de reflexion sur la justice à partir du débat mené en classe.

AFFAIRES DE JUSTICE

 Avec ma classe de seconde de mon lycée, nous avons effectué une sortie au tribunal le lundi 27 novembre 2017 en début d’après-midi, nous avons vu toutes sortes d’affaires, plus précisément des affaires liées aux affaires de stupéfiants.

La première affaire que nous avons vu était celle un homme qui avait volé dans un centre commercial deux ordinateurs, qu’il voulait ensuite revendre car il n’avait pas assez d’argent afin de subvenir aux besoins de sa famille. Cet homme avait déjà eu affaire à la justice pour des délits similaires, il risquait donc de la prison ferme. Mais avec les explications de celui-ci et son avocat l’ayant bien défendu il a donc eu 18 mois de prison avec sursis.

La seconde affaire concernait un homme qui avait frappé un agent de sécurité sans aucune raison il y a de ça plusieurs années mais son affaire a été mise de côté pour manque de preuves à son égard. Il a donc eu une seconde chance car d’après la juge, l’homme aurait refait sa vie et donc il ne mérite pas la prison ferme, il a donc eu du sursis avec une peine de 6 mois et 800 euros.

La troisième affaire parlait d’un homme qui, lors d’un contrôle avait sur lui 65 grammes de cannabis. Cet homme avait 18 ans au moment des faits il n’a donc eu aucune peine seulement un avertissement puisqu’il fait des études d’apprenti maçon.

Les autres affaires étaient encore des affaires de stupéfiants.

Alya-Nora Martinez 2nd3

Affaire des 150 kg d’herbe de cannabis transportés par un jeune Espagnol

Vendredi 24 novembre 2017, un jeune Espagnol a été arrêté pour avoir transporté 150 kg d’herbe de cannabis.

Lundi 27 novembre, il a été placé en détention provisoire en attendant son jugement le 31 janvier 2018, malgré le fait que son avocate, Annabelle Soyer, ait demandé à ce qu’il ne soit pas placé en détention. Elle a aussi demandé du temps pour pouvoir présenter la défense de son client qui nie tout ce qui l’accuse.

Il est père de deux enfants et il est le seul à travailler. Sa maison a été saisie. Il est chauffeur routier international et il ne travaillait avec cette entreprise que depuis trois mois. Une enquête du côté espagnol a été ouverte pour connaître l’importance de ce trafic. Les élèves d’une classe de seconde du lycée Jean-Moulin assistaient à l’audience et lorsqu’ils sont sortis, ils étaient assez choqués de cette affaire car le jeune homme de 28 ans était en pleurs pendant tout le long de la comparution ce qui les a aussi beaucoup émus.

C.G

Hérault: quatre mois d'emprisonnement et deux ans de mise à l'épreuve pour un vol d'ordinateurs portables.

Suite à un vol d'ordinateur portable, M A.M a été jugé au tribunal de Béziers le lundi 27 novembre 2017. L’accusé a immédiatement reconnu les faits, et déclare avoir volé les ordinateurs portables le 23 novembre afin de les revendre et ramener de l'argent au domicile familial.

Le prévenu n'a pas de travail, il est hébergé par sa femme avec qui il a un enfant de trois mois. Il dit d'ailleurs regretter ses actes, mais a déjà commis plusieurs méfaits avant et cela ne joue pas en sa faveur.

D'ailleurs, nous pouvons constater que dix-sept jours avant d'avoir commis son acte, il venait tout juste de sortir de prison suite à un vol. Le procureur réclame six mois de prison, et quant à son avocat, il demande de ne pas le mettre en prison dans l'immédiat et de l'aider grâce à des associations à trouver un travail.

Mr A.M a été jugé coupable de l'infraction, et a reçu quatre mois d'emprisonnement ainsi que deux ans de mise à l'épreuve.

A.B.


Réflexion sur la justice

 Beaucoup d’entre nous critiquons ou approuvons les choix pris par la justice lorsque celle-ci exerce son pouvoir.

 Mais la justice est-elle juste ?

 Une question qui semble contradictoire car la justice est habituellement faite pour être juste. Nous en avons débattu en classe et en avons conclu que la justice était juste pour ce qui est de calculer les peines en fonction du délit. Mais qu’elle ne prenait pas tout le temps en compte la situation sociale de l’accusé, surtout lorsqu’il s’agit de payer une somme importante et que la personne n’en a pas les moyens. Ce qui rend la justice injuste.

Mais suite à notre entretien avec la vice-présidente du tribunal, Madame Ougier, celle-ci nous a expliqué que la justice, suivant le délit, faisait de son mieux pour adapter la peine à la situation sociale de l’accusé. Mais qu’il ne fallait pas négliger que celui-ci est responsable de ses actes et doit en assumer les conséquences. Elle ne peut donc pas toujours lui être favorable.

E.R

La justice est-elle juste?

La classe de seconde 03 du lycée a eu l'occasion de voir une audience correctionnelle le 27 novembre 2017, au palais de justice de Béziers. La question qui se pose aujourd'hui c'est "La justice est-elle juste ?".

Tout d'abord il est bon de faire la différence entre un bon juge et un mauvais juge. Un juge peut mal juger en étant trop sévère envers le coupable ou au contraire qu'il soit trop laxiste.

Deux cas de figure se posent toujours à la fin d'une audience au moment où le juge donne la sentence au coupable. D'un côté, ceux qui se réjouissent et de l'autre, ceux qui manifestent leur mécontentement. Il y a les personnes qui se réjouissent, ce sont ceux qui ont gagné le procès et ceux pour qui la justice a été rendue, la justice est équitable. Et il y a l'autre groupe de personnes, ceux qui ont perdu le procès, ceux pour qui la justice n'est pas toujours juste.

Je pense que la justice est juste ou injuste en fonction du point de vue et des affaires.

Nous avons vu passer l'affaire d'un homme qui avait battu un agent de sécurité pour voler sa voiture il y a de ça des années, ce dernier n'a pas eu de prison ferme, car entre temps Monsieur G. a refait sa vie et s'est construit une situation stable. Pour Monsieur X, la victime des coups portés par monsieur G., la justice n'a pas été rendue.

Madison Salomé, 2gt03.

 

La justice est-elle juste ?

Après la sortie du 27 novembre 2017 au Palais de Justice, nous avons eu la chance d’avoir un entretien avec la présidente du tribunal, Claire Ougier, qui est venue à la rencontre de notre classe, au lycée.

Je vais me servir de ces événements pour répondre à la question « la justice est-elle juste ?», une question qui semble contradictoire.

J’ai vu pendant l’audience que la juge ne prenait pas seulement en compte les crimes commis par l’accusé mais aussi leur vie actuelle et leur situation familiale pour prendre la décision la plus juste possible.

Par exemple, la troisième affaire à laquelle nous avons assisté était celle de M. G., un homme inculpé pour vol de voiture, il a aussi vu le propriétaire de cette voiture se faire frapper par quatre de ses acolytes sans intervenir.

La juge nous a expliqué qu’aujourd’hui M. G. avait la garde de ses enfants, une situation stable et un travail.

C’est un homme qui a appris de ses erreurs, donc lors de son procès cela a été pris en compte.

Je trouve cela très juste de punir l’accusé en fonction des délits commis mais aussi de leur situation actuelle sans oublier bien sûr de rendre justice aux victimes.

Mais la dernière affaire à laquelle nous avons assisté m’a aussi beaucoup marqué.

Un homme espagnol a été arrêté en possession de 150 kilos d’herbe de cannabis dans son camion. Le prévenu a demandé à être jugé plus tard mais la présidente ne le laissera pas en liberté entre temps. Il devra rester enfermé en France. Cet homme a un casier vierge et toute sa famille se trouve en Espagne. Il risque jusqu’à dix ans de prison, dix ans où deux enfants grandiront sans connaître leur père ; un de tois mois et un de huit ans.

Je pense que c’est injuste, c’est un homme gentil qui a commis une erreur.

Tout le monde devrait avoir droit à une seconde chance.

En conclusion, pour que la justice soit juste, cela dépend de la situation de l’individu accusé, de son casier et du genre de personne qu’il est.

N.B.

La Justice est-elle juste ?

Si la Justice était parfaitement juste la question ne se poserait pas.

La Justice se doit d'être car elle pose les bases d’une société et organise les rapports entre ses membres. Elle fixe des limites et permet d’agir librement dans ces limites pour que les individus d’une société restent en cohésion.

La Justice reste quelque chose de subjectif, sa justesse peut être remise en question selon la manière dont elle est rendue et elle dépend du point de vue personnel d’un individu confronté à celle-ci ou de celui qui assiste au jugement.

Si la Justice se veut juste, égale et impartiale elle doit tout de même se rappeler qu’elle est une institution créée par les Hommes pour les Hommes.

Si des individus naissent libres et égaux en droit, la Justice devrait faire honneur à ce propos mais malgré les classes sociales multiples, les inégalités sociales par exemple l’égalité homme-femme, les nombreux cas particuliers et les différents idéaux individualistes ; ceci s’avère très difficile.

Les lois qui constituent la Justice sont aussi parfois mal faites et desservent parfois ceux qui en ont besoin car ils subissent des inégalités. Mais la loi qui se veut égale ne les prend pas en considération.

Par exemple, une personne aisée pourra se payer un avocat compétent alors que quelqu’un qui n’a pas forcément les moyens sera défendu par un commis d’office qui sera peut-être peu concerné par le dossier.

Les amendes fixées sont aussi souvent très élevées, voir trop élevées car certains vont devoir payer toute leur vie et rembourser leurs dettes, conséquences de l’amende, en prenant compte qu’ils ont aussi sans doute des obligations familiales.

La Justice est donc un idéal qui diffère d’une personne à l’autre, personne qui selon son milieu social, sa culture, ses valeurs et l’objet de sa confrontation à la justice aura un point de vue différent de celui d’un individu qui ne partagera pas de similarité avec elle.

La justice est en perpétuelle évolution car ses acteurs et l’époque dans laquelle elle est rendue sont toujours en recherche de l’idéal de la justice pour tous les hommes.

Annabelle QUATTRINI

La justice est elle juste?

 Beaucoup de personne estime que la justice n’est pas juste. Pourtant on retrouve le mot «juste» dans «justice». On pourrait se dire que c’est étrange de dire qu’elle ne l’est pas alors qu’elle a été crée pour l’être. A travers cet article nous allons nous poser la question «la justice est elle juste?»

On peut commencer en disant que la justice a été inventée pour être juste envers les personnes jugées et les fautes commises, c’est donc contradictoire de dire qu’elle ne l’est pas. Dans la classe la majorité des élèves répondent à cette question en disant qu’il ne la trouve pas juste. Les causes de ces réponses sont l’avocat qui n’est pas toujours efficace notamment ceux commis d’office, autre raison certaines peines ne seraient pas adaptées à la personne. Pour finir les peines prononcées se basent sur les antécédents judiciaires de la personne qui n’ont aucun rapport avec leur faute actuelle. Puis d’autres personnes vont juger que la justice remplit bien son rôle. Pour eux elle se base sur l’acte commis pour juger l’accusé, mais aussi sur son passé et sa situation actuelle. Pour que la peine soit ajuster à la personne. Parfois les peines sont tellement lourdes que l’on peut trouver cela injuste et rejeter la faute sur le juge et le procureur qui ne font qu’appliquer la loi. Les conditions dans lesquelles la faute a été faite compte aussi pour le jugement final donc c’est une chose juste où tout a été pris en compte. Alors pour eux la question ne se pose pas c’est une évidence qu’elle est juste.

Pour conclure on peut dire que c’est un débat où il ni y aura jamais une réponse commune car chacun a ses pensées vis à vis de la question. Chacun est libre de penser ce qu’il veut et de répondre à la question comme il l’entend.

TOUSSAINT Selaï

2ndGTO3