Année scolaire 2016-2017, le Club Manga et Culture Japonaise s’est fait discret dans les pages de Moulin On Line. Ce n’est pas par manque d’activités. Bien au contraire, l’année a été riche en découvertes et en apprentissages. C’est donc un bilan complet que vous trouverez dans ce numéro.

Rentrée 2016 : c’est par un quizz testant les connaissances des élèves que le club débute l’année. Au programme, questions sur l’univers du manga et de l’animation mais également sur la société, les traditions, l’histoire… Et même pour des fans, certaines réponses n’étaient pas évidentes. Et vous, savez-vous ce qu’est le bushido1 ? Ou encore ce que sont les « Fleurs de l’an 24 »2 ?  Le quizz a alimenté plusieurs séances de discussion à partir des nombreuses questions posées.

Puis l’année s’est poursuivie à travers des thématiques diverses. Les élèves ont ainsi pu découvrir les nombreuses onomatopées japonaises qui ont la particularité de ne pas représenter que des sons. Par exemple, savez-vous que le célèbre Pikachu tient son nom de l’onomatopée « pika » qui symbolise le scintillement ? Les codes graphiques du manga et de l’animation ont également beaucoup plu aux élèves. Enfin les thèmes culturels leur ont permis de découvrir des aspects moins connus des fans de manga comme l’origami, l’écriture de haïkus ou la dégustation de thés.

Le programme n’est pas nécessairement établi à l’avance ni annoncé aux élèves, il peut ainsi prendre appui sur l’actualité ; ce fut le cas lors du décès de Jirô Taniguchi. Et comme le dit un élève du club, « ce qu’il y a de bien, c’est que chaque semaine le sujet abordé est une surprise et même lorsqu’il ne nous passionne pas a priori, on finit toujours par apprendre des choses et y trouver de l’intérêt ». Et depuis que les écrans ont été bannis (sauf celui permettant la vidéo projection !), « l’ambiance est beaucoup plus sympa et on discute davantage ». Il est vrai qu’il est parfois difficile de s’exprimer dans un groupe d’une trentaine de personnes passionnées…

1oEnfin, cette année du CMCJ3 aura été marquée par la Semaine de Découverte de la Culture Japonaise du 13 au 17 mars. Ouverte à tous, cette semaine événementielle avait pour but de faire découvrir, à ceux qui le souhaitaient, différents aspects culturels nippons. Ce fut une réussite pour presque 500 élèves, notamment grâce à la participation d’enseignants du lycée. Ils ont montré par leur investissement que, dans le cadre de sa discipline ou en-dehors de celle-ci, chacun a de nombreuses richesses à partager. Un grand merci donc à Mme Accard pour son témoignage sur la vie au Japon ; à Mme Cabanat pour son initiation à la peinture sumi-e ; à Mme Castagnier pour sa présentation du cinéma japonais et d’inspiration japonaise ; à Mme Catala pour la découverte de cette danse très particulière qu’est le butô ; à Mme Suteau pour nous avoir fait voyager grâce aux paravents Nanban. Enfin Mme Linard, animatrice du club manga et organisatrice de la semaine souhaite également remercier ses collègues professeurs documentalistes Mmes Mouly et Tarayre pour l’aide indispensable apportée durant cette semaine. Sans oublier Cassandra, élève du club, qui a animé deux ateliers d’initiation à la langue japonaise.

2oEnfin, le point culminant de cette semaine, sans doute le moment le plus inoubliable, fut la démonstration de kitsuke par Seiko de l’association A propos du Japon. Pour qui n’avait jamais assisté à cet art qu’est le port du kimono, ce fut un moment de grande contemplation, de sérénité et d’admiration. Une ambiance indéfinissable régnait dans la salle, un moment suspendu, comme si soudain nous avions été transportés au Japon durant la période Edo.

5

L’année scolaire se termine donc la tête pleine de jolis souvenirs. Le rendez-vous est pris pour septembre 2017, pour une nouvelle année de découvertes et d’échanges autour de la culture japonaise. Pas de semaine japonaise à venir, mais le club devrait fêter ses 10 ans d’existence par une journée à Toulouse, avec visite du Musée des arts asiatiques G.-Labit et atelier d’écriture « zen » au Jardin japonais D.-Baudis. Peut-être l’occasion d’une sortie commune avec le tout nouveau Club « Zen4 » qui débutera à la rentrée ?

Isabelle Linard

  1. Le code d’honneur des samouraïs
  2. Plusieurs femmes mangakas qui ont révolutionné le shôjo (manga pour filles) dans les années 1970. Toutes de la même génération, nées vers 1949 (l’an 24 de l’ère Shôwa).
  3. Club Manga et Culture Japonaise
  4. Le terme zen est utilisé ici dans son sens courant occidental et non en référence au Bouddhisme Zen