Fin mai 2016, les 3e PP2 et les 2GT04 ont participé à un atelier de découverte musicale en lien avec une activité d’écritbamboo2ure de haïkus menée en cours d’année scolaire par Mme Linard professeur documentaliste. En effet, la musicalité de cette forme de poésie originaire du Japon se prête très bien à ce croisement artistique.

Pendant une semaine, le lycée a donc reçu un artiste d’origine japonaise, Makoto Yabuki : musicien, compositeur, inventeur d’instruments en bambou particulièrement des percussions, fondateur du Bamboo Orchestra. Celui qui se définit comme un « facteur d’instruments » a mené une carrière reconnue au Japon de compositeur pour le théâtre, de spectacles de danse ou de comédies musicales notamment au théâtre national de Tokyo. Il a également composé la musique d’un film d’Ozu : Les gosses de Tokyo.

A l’occasion d’une résidence d’artiste à La Friche de Marseille, il y a une vingtaine d’années, il a décidé de s’installer en France et de s’investir dans des ateliers de pratique musicale à destination des scolaires, hôpitaux, services médicaux sociaux…

bamboo 1

Les élèves ont tout d’abord écouté le musicien présenter son instrumentarium composé uniquement d’instruments en bambou venus du monde entier : balimbing, bâton de pluie, maracas, didgeridoo, flûte de Pan, quena, shinobue… Les élèves ont ainsi pu l’écouter jouer de chaque instrument mais également les manipuler par eux-mêmes et juger de la difficulté à parfois ne sortir ne serait-ce qu’un son. Une belle cacophonie dans une ambiance joyeuse et détendue.

Le discours de Makoto Yabuki est emprunt de valeurs éco-citoyennes fortes. Le choix du bambou comme matériau de base n’est pas anodin. En effet, cette herbe a de nombreuses propriétés : croissance rapide (jusqu’à un mètre par nuit pour certaines espèces), utilisations multiples, solidité, résonnance… Mais elle est également  pour Makoto une solution à la déforestation mondiale.

Après cette première approche, à la fois environnementale et musicale, les élèves ont participé à un atelier de fabrication d’un instrument de percussion inventé par Makoto : le ketchac. Chacun a ainsi pu confectionner son propre instrument guidé par son créateur afin de parvenir à la bonne note. L’étape suivante a bien entendu consisté à apprendre à jouer ensemble de cet instrument.

Au cours de la semaine, les élèves ont également appris à jouer d’un autre instrument inventé par l’artiste : le take marimba (sorte de xylophone). C’était sans aucun doute la partie la plus difficile. En effet, il a fallu à la fois écouter le « chef d’orchestre », s’écouter les uns les autres, maîtriser le rythme et les notes. La tâche a été rude et le découragement et la fatigue sont parfois venus un peu gâcher le plaisir. Mais quelle satisfaction au bout de quelques heures de pouvoir s’installer dans la cour et jouer ensemble le morceau appris : La Forêt animée.

Pour les élèves et leurs enseignants, Mmes Escande et Lubac-Quittet, l’expérience aura été intéressante. Elle aura notamment permis à chacun de s’ouvrir un peu plus culturellement et musicalement, mais également de développer des capacités d’écoute et de travail en équipe.

I.L.

Photos : instruments + élèves jouant des take marimba