La COP21 est la 21ème Conférence internationale sur le climat ou conférence des Parties. Cette année, elle s'est passée à Paris entre le 30 Novembre et le 11 Décembre 2015. Elle a pour objectif de limiter le réchauffement climatique de 2°C.

Dans le cadre de la COP 21, les élèves de 2GT12 et de 2GT6 de Mme LAPLACE-JOURDAIN ont reproduit le débat ayant eu lieu à Paris. Les élèves ont choisi leur rôle. Ensuite, ils ont chacun effectué un gros travail de recherche à la suite duquel, ils se sont réunis pour une mini COP21 en classe.

minicop 21 -1

Résumé de « notre COP 21 »

            Tout d’abord, le Président du débat a accueilli les différents invités. Puis, il a donné la parole aux scientifiques qui se sont exprimés chacun leur tour.

L'expert climatologue a remarqué que le changement climatique avait des conséquences sur la Terre : les courants d'eau profonde indispensables pouvaient s’affaiblir et réduire la « climatisation » de notre Terre, des problèmes alimentaires pouvaient en découler.

La fonte des glaces polaires fut décrite par le glaciologue, l’expert des forêts nous fit prendre conscience des risques de la déforestation et enfin l’expert des énergies renouvelables expliqua qu’il fallait prévenir l’épuisement des énergies non renouvelables en utilisant les biomasses, la géothermie ou encore les éoliennes. Il a rajouté que l'hydroélectricité représente 13 % de la consommation française.

L'expert scientifique de l'atmosphère nous a informé que des satellites pouvaient mesurer le taux de G.E.S (gaz à effets de serre) consommé sur Terre et que les pays les plus consommateurs étaient la Chine et les Etats-Unis. Il a ajouté que ces pays étaient néanmoins parmi les plus grands et les plus peuplés.

Tous ces experts furent tous d’accord pour dire que la solution était de réduire l’émission de gaz à effets de serre.      

                        Green Peace, une organisation non gouvernementale internationale, a expliqué que 84 % de pétrole se trouvait en mer. L'organisation protectrice de l'environnement a annoncé qu’elle continuerait à faire campagne pour lutter contre le réchauffement climatique et diminuer le recours aux énergies fossiles, nocives pour la santé.

minicop21-2

La suite du débat fut consacrée aux pays, qui exposèrent leurs solutions et leurs résolutions chacun leur tour. 

Le témoignage de la Polynésie française fut très intéressant. Malgré le fait qu’elle fût une des principales victimes des G.E.S, elle s’engageait tout de même à trier ses déchets.   

Le représentant des Etats Unis a osé affirmer qu'il n'y a pas eu de réchauffement climatique depuis 17 ans ! Est-ce que ce monsieur se serait endormi pendant ces 17 dernières années ?!

            Le représentant de la France, lui, a expliqué le projet d'utiliser plus d'énergies renouvelables tout en baissant au maximum l’usage du pétrole.

            “ Il faut profiter des énergies fossiles ” ajoute le représentant russe puisque “ c'est moins cher ”. Il a aussi expliqué que beaucoup de personnes n’avaient pas les moyens d'accéder aux énergies renouvelables. Il a également insinué aussi que les Etats-Unis profitaient des pays pauvres en finançant l’achat de leurs technologies ce qui provoqua un autre débat entre les pays démunis et les Etats-Unis.

            La représentante de l'Union Européenne, quant à elle, nous a expliqué qu'elle s'engageait à réduire 40 % des émissions de CO2 d'ici 2030 tout en mettant en place un mécanisme de vérification des mesures mises en place.  Elle a assuré que les émissions seraient compensées par de nouvelles technologies, des plantations d'arbres permettant d’absorber du carbone atmosphérique. Les solutions proposées par la représentante de l'Union Européenne étaient de favoriser le vélo, de protéger la biodiversité et les habitats naturels.

L’Inde pris également de nombreux d’engagements, comme de réduire sa dépendance au charbon et de produire plus de 45% de son électricité grâce à des énergies renouvelables. L'Arabie Saoudite a, elle, demandé une compensation des pays pour mettre en place des énergies vertes dans son pays.

Pour finir, la Chine a promis comme l'Inde de réduire sa production de charbon et d'utiliser des énergies non fossiles. Les pays se sont beaucoup contredits, notamment les pays grands émetteurs de G.E.S et les pays pauvres ou en voie de développement.

A l’issue du débat, un entrepreneur industriel est intervenu pour nous parler d'un projet révolutionnaire : les chaudières thermodynamiques.

Malgré leurs différents et grâce à leurs propositions, les pays ont tout de même tenu leur engagement puisque à l’issue de ce débat, l’accord prévu par la COP de Copenhague en 2009 fut voté.

On peut donc dire que les élèves de 2GT12 et de 2GT6 ont réussi leur pari d’une vraie-fausse COP21 !

Mehane Hamata 2 GT6 et Eve Amanieux 2GT12