Courant novembre, le lycée Jean-Moulin a accueilli pendant quinze jours dix-sept élèves et trois professeurs du lycée danois T.E.C de Frederiksberg (Copenhague).

Cette venue s’est déroulée dans le cadre du partenariat international créé entre ces deux établissements au printemps 2014. Le lycée Jean-Moulin, dans le cadre de la "section EUROPEENNE" de la filière du baccalauréat technologique STI 2D, doit impérativement entretenir un échange international avec un établissement étranger.

L’équipe pédagogique à l’origine de ce projet, Mme VIDAL (professeur d’Anglais) et M. ALBERT (Professeur de Sciences de l’Ingénieur) avaient ciblé le Danemark pour ses liens avec l’économie régionale (le Danemark est leader mondial des éoliennes de grandes puissances : son siège français se situe à Montpellier ; il produit aussi du pétrole…).

Danois

Durant cette quinzaine, les élèves français et danois ont travaillé en petits groupes "internationaux" sur le thème du réchauffement climatique (Global Warming). Chaque groupe a essayé de trouver une solution pour réduire l’impact sur le réchauffement climatique de son lycée. De nombreuses idées ont germé de la tête de nos jeunes élèves : voiture électrique, voiture à pile à hydrogène, micro centrale hydraulique... Après un "braintorming", les élèves ont défini les tâches à accomplir pour concevoir ce prototype, le construire, et valider son intérêt. Ils ont planifié ce travail dans le temps et réparti les activités.

Désormais, chaque groupe dispose de cinq mois pour réaliser un prototype. Chaque élève biterrois devra communiquer (par Visio conférence, téléphone, skype, Mail ou sms) avec le reste de son équipe au Danemark pour mener à bien ce projet.

Rendez-vous est donc pris, au mois d’avril 2016 à Copenhague (Danemark), pour assembler ces prototypes Franco-Danois, les tester.

L’Europe est en marche au lycée Jean-Moulin.

M. Albert

Voyage des Danois

 Cette expérience m’a plu, les Danois sont sympathiques et marrants. J’ai travaillé avec Julien Casanova ainsi que trois Danois, Sallie, Jacob et Nick. J’ai pu remarquer qu’ils étaient habillés moins chaudement que nous car dans leur pays il fait froid. Ils ont un rythme scolaire différent du nôtre, ils ont moins d’heures que nous mais ont beaucoup plus de devoirs à faire chez eux. Quand nous leur avons montré nos emplois du temps, ils étaient choqués du nombre d’heures.

Cet échange avec les éleves Danois à été utile car nous avons appris à nous connaître et à discuter en anglais. Nous restons en contact par le biais des réseaux sociaux pour continuer à travailler sur notre projet à distance.

Sacha Barbot TT2D2

La visite des élèves danois nous a fait découvrir leurs habitudes de vie. Par exemple, le fait d’être payé pour aller à l’école s'ils sont majeurs et ne vivent plus chez leurs parents. De plus, on a été très surpris parce qu’ils communiquent entre eux en anglais, alors que la langue native est le danois. Ils nous on montré des projets qu’ils ont réussi à fabriquer en quelque jours, c’est très différent de se qu’on a l’habitude de faire en France. On peut constater qu’ils sont très impliqués dans ce qu’ils entreprennent. Finalement leur séjour avec nous s’est très bien passé, ils ont pu profiter du soleil et passer du bon temps.

Ninov Ivaylo

Les élèves danois travaillent vraiment différemment de nous, ils paraissent plus sérieux, peut-être car ils veulent faire bonne impression ou simplement car nos systèmes éducatifs sont très différents ; le leur a, par ailleurs, l’air meilleur mais comme on dit : « l’herbe est toujours plus verte chez le voisin ».

Ils s’exprimaient réellement bien en anglais  (encore une fois le système éducatif est en cause ; ils ont beaucoup plus d’heure d’anglais que nous), je pouvais comprendre le sens de leurs phrases mais pas chaque mot.

Ils étaient plutôt sympathiques tout en étant sérieux, ce sont eux qui engageaient la conversation la plupart du temps, ce qui est assez surprenant étant donné qu’ils étaient, eux, dans un milieu inconnu.

La plupart d’entre eux semblaient vraiment enthousiastes à propos du projet et passionné par ce qu’ils font, je ne l’étais pas réellement. 

Laureat Rudy

Des élèves danois sont venus à Jean-Moulin, en correspondance avec nous. Ils sont restés deux semaines durant lesquelles les cours étaient différents. Nous avons travaillé sur un projet en collaboration avec eux. Ils ont découvert le système scolaire français, très différent du leur. Cela a été deux semaines mouvementées et très sympathiques. Une amitié s’est créée dans les groupes, beaucoup de joie et d’humour malgré les barrières linguistiques. Nous avons été choqués par les tenues des Danois qui sont courtes et légères. Les Danois étaient sérieux sur le travail effectué avec eux. Ils étaient très tristes de leur départ. Bref ils mangent des pamplemousses en classe.

Berbiguier Adrian

Les quinze jours passés avec les Danois au lycée Jean-Moulin auront été un grand moment d’enthousiasme et nous avons eu le privilège de pouvoir parler avec des homologues danois. Leur séjour s’est formidablement  bien passé à Béziers. Ils ont été ravis de l’accueil qui leur a été réservé. Même si au début, ils ne se sentaient pas très à l’aise dans un lycée français, au fil des jours, ils ont pris confiance et se sont bien intégrés au groupe des élèves d’anglais Euro STI2D. Il y a tellement de points forts que je ne les oublierai jamais. En particulier, un point qui m’a fait plaisir est quand ils essayaient de prononçer quelques mots en français et leur sérieux durant le travail. Leur retour dans leur pays s’est effectué sans problème et ils attendent avec impatience notre venue dans leur lycée TEC à Copenhague.

Arnaud Viguier, élève de Terminale STI2D (Anglais Euro)

 

Accueil des élèves danois: le off

Ce fut  une expérience harassante, formidable mais oh combien passionnante. Notre esprit n’en garde que les meilleurs souvenirs, à ma grande surprise.

Oubliée l’organisation de l’accueil dévoreuse de temps, oubliés les réveils en pleine nuit liés aux difficultés de l’hébergement, oubliée la visite forcée au commissariat pour déclarer une perte de passeport… oubliés tous ces mauvais moments.

DanemarkLe lundi 2 novembre 2015, nous attendons les Danois pour la fin de matinée. Il est 7h30 du matin, Mme VIDAL et moi-même déposons vingt-quatre oreillers à la cafétéria.  

A 15h00, débarquement de nos dix-sept adolescents XXL, avec leurs valises XXXL, au pôle industriel. Taille moyenne des garçons : 1,90m – 80 à 90 Kg. N’y a-t-il pas une ressemblance avec le gabarit des  vikings décrits dans nos livres d’histoire ? Nous nous sentons petits !!

A 17h00, invasion de l’internat par nos vingt-quatre oreillers portés à bout de bras  par Mme VIDAL et moi-même (tous prêtés par des collègues. Merci à eux), suivis de près par nos dix-sept géants nordistes et leurs deux professeurs.

Mardi 03 novembre. Première séance de travail commune (de 8h00 à 17h00).

C’est le choc des cultures. Les élèves danois sont libres d’agir comme il veulent dans la classe.

Le professeur donne sa consigne en début de séance, il montre la cible à atteindre. Les élèves s’organisent dans une joyeux brouhaha !! Nourriture, boissons sur les tables, casquettes, écouteurs sur les oreilles, déplacements de chaises… !!! OUF !!!!!!

Les jours se suivent et nos jeunes Danois et Danoises s’approprient le lycée. Ils ne passent pas inaperçus : carrures imposantes, tenues vestimentaires "légères" pour les filles (à l’anglo-saxonne), casquettes vissées sur la tête pour les garçons, pause "bronzage" sous le soleil biterrois dans la cours…

Les élèves du pôle industriel les regardaient passer en se questionnant sur leur origine, les rugbymen internes du pôle espoir observaient les trois jeunes Danoises du coin de l’œil sans jamais les aborder ("ha, si j’étais meilleur en anglais…").

Les liens se tissent entre les élèves français (d'Euro STI2D) et les élèves danois. Entre les professeurs pareillement. Les élèves danois sont curieux. Ils questionnent afin de découvrir notre culture, notre système éducatif, nos habitudes. Ils se renseignent sur les moyens d’aller à la plage… Oui, la plage, le soleil !!!! Très importants pour eux, qui à cette époque de l’année, bénéficient de deux à trois heures d’ensoleillement par jour. C’est d’ailleurs en bus qu’ils se déplaceront jusqu’à Valras, mercredi 11 novembre, passer l’après-midi au soleil, les pieds dans l’eau.

Arrive la fin du séjour après onze jours parmi nous. Les jeunes Français sont décomplexés et communiquent en anglais, surpris de cette nouvelle "capacité" que leur offre la nature. Les Danois sont tristes de quitter ces latitudes si douces et si lumineuses. Le bus jouera d’ailleurs les prolongations puisqu’il arrivera avec une heure de retard.

Googbye BEZIERS.

Olivier ALBERT, Professeur SI Energie