Journal électronique du LPO Jean-Moulin


La date se rapproche : concours d'écriture Convivéncia

A tous ceux qui ont une âme d'écrivains, nous rappelons les échéances du concours d'écriture Convivéncia pour cette année : les écrits doivent être rendus avant vendredi 7 février 2020.

Pour retrouver toutes les informations, vous pouvez consulter notre article consacré aux formalités du concours d'écriture Convivencia, paru le 18 octobre 2020 : http://journaldelacite.canalblog.com/archives/2019/10/18/37658823.html

aff convivencia 2020La rédaction

Posté par moulin-on-line à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les HLP rencontrent la "Débordante Compagnie" au théâtre des Franciscains

Le vendredi 6 décembre 2019, notre groupe, inscrit en HLP2 (Humanités, Littérature et Philosophie), s’est rendu avec nos enseignantes - Mme Chanu et Mme Lubac-Quittet - au Théâtre des Franciscains de Béziers – un très beau lieu - dans le cadre d’ateliers proposés aux scolaires par le service culturel du théâtre. Ces ateliers permettent des rencontres entre des élèves et des artistes ou des compagnies en résidence de création.

Nous avons rencontré la « Débordante Compagnie ». Les metteurs en scène, Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi-Chauvot (Héloïse Desfarges, chorégraphe, danseuse et Antoine Raimondi-Chauvot, metteur en scène, comédien, conférencier) nous ont expliqué qu’elle a été créée à partir d’un solo intitulé « Il ne faut pas confondre la tête et les fesses », spectacle montrant une femme se battant avec ses vêtements. Nous avons compris que cette compagnie, pouvant compter jusqu’à dix ou douze artistes - dont les régisseurs techniques -  proposait des créations « protéiformes », alliant le théâtre et la danse, voire le cirque, avec des acrobaties, diverses formes de danse, ou même du taïchi ou du yoga. Ils s’inspirent aussi de domaines très variés : la littérature et la philosophie, l’astrophysique, les sciences dites « dures »,  les sciences humaines. Et ils travaillent aussi beaucoup sur notre monde actuel.

A la fin des répétitions, les deux metteurs en scène – très sympathiques et directs - ont évoqué les engagements de la Compagnie. C’est une troupe qui parle des problèmes actuels comme la défense de l’environnement, le réchauffement climatique et la déforestation, la précarité, le chômage, les migrations pendulaires, la difficulté à vivre ensemble, ce qui nous a beaucoup intéressés et surpris, car cela démonte un peu les clichés d’un théâtre ennuyeux. Ils nous ont dit qu’ils faisaient très attention à leur mode de transport, et à leur manière de fonctionner en termes d’énergie, ce qui est un vrai effort pour une troupe qui bouge tout le temps. En tout cas, beaucoup d’entre nous ont apprécié cette manière de s’engager et même de dénoncer ce que nous vivons tous, mais que certains ne veulent pas voir ou entendre.

IMG_4078  IMG_4194

La Compagnie a accepté de nous immerger pendant deux heures dans le cadre de vraies répétitions, pour leur nouvelle création, qui sera présentée en sortie de résidence, puis tournera en janvier 2020 ; c’est une pièce nommée « Perikptô », ce qui signifie « ce qui créé des ravages, ce qui détruit tout autour». C’est l’histoire d’une femme qui vit la perte d’emploi, les petits boulots et la galère, qui sent que sa vie lui échappe, qui finit par « péter les plombs » dans un Pôle Emploi. Cela nous a étonnés d’être face à des personnages familiers, en même temps complexes, dans une pièce qui parle de la réalité.

Certains ont été un peu déçus – quelques-uns ont eu des moments d’ennui au début, et ne comprenaient pas l’intérêt de cette sortie - de ne pas faire un atelier de « pratique », mais la troupe nous a expliqué qu’ils étaient aussi dans l’urgence pour terminer avant leur sortie de résidence. D’un autre côté, assister à des répétitions avec des comédiens, des danseurs et des régisseurs « son » et « lumière » nous a permis de voir l’envers du décor, et de prendre conscience de tout le travail qu’il y a dans la création d’une pièce de théâtre. Beaucoup d’entre nous ont été très impressionnés par cela – certains ont parlé de fascination -  et certains ont même dit qu’ils ne regarderaient plus une pièce de théâtre de la même manière.

IMG_4093  IMG_4115

Nous avons assisté à la répétition de quatre scènes différentes sur un plateau sans décor, avec juste quelques accessoires. L’une montre une femme de ménage qui rencontre par hasard, en effectuant son travail de nuit, le plus jeune premier ministre de la Ve République, un personnage nommé Philippe Dorgeval, qui est montré comme un homme de pouvoir, un prédateur, mais aussi un homme qui doute, sous pression, un homme seul. Il y a eu aussi un moment très drôle où le personnage se met à danser tout seul pour décompresser. Une autre scène montre une scène silencieuse, une chorégraphie entre le personnage de Julia Dantec, mère de famille au chômage, obligée de travailler chez Amazon, et son compagnon, qui tente de l’empêcher de sombrer. On les a vus chanceler, s’écrouler, s’enlacer. On a pu observer l’importance du travail du corps, de tout ce qu’une gestuelle peut exprimer. Une troisième scène expose une réunion de famille sur fond de « OK Google », dans laquelle deux sœurs s’affrontent : l’une fait des ménages et reproche à sa sœur d’être complice d’un système qui s’enrichit sur le dos des précaires et se moque du désastre écologique, l’autre tente de faire comprendre qu’elle n’a plus le choix et doit accepter n’importe quel « boulot ». Enfin, dans la dernière répétition, on voit les comédiens alignés sur le plateau, qui se mettent à passer des appels téléphoniques en canons, sûrement dans le domaine de la PUB : c’est comme une machine à cacophonie. Puis ils disent les uns après les autres ce qu’ils aimeraient changer dans le monde et on a l’impression qu’ils se libèrent de ce processus et redeviennent humains.

IMG_4123  IMG_4171

Sur ces quatre scènes, les comédiens ont dû refaire, retravailler, en fonction des commentaires des metteurs en scène ou du réglage du son et de la lumière. Certains d’entre nous ont fait le lien avec ce qui a été vu en cours au sujet du texte de Denis Diderot, Le Paradoxe du Comédien : on comprend bien que le comédien capable de refaire, ce n’est pas celui qui s’appuie sur ses émotions immédiates mais celui qui maîtrise les techniques qui lui permettent de donner parfaitement l’illusion de l’émotion. On a vu les comédiens dans des registres différents, parfois tragique, parfois comiques, réciter leur texte, le lire, se tromper, recommencer, rester silencieux, regarder les autres, bouger, danser, hurler, chuchoter, se déplacer, changer les quelques accessoires de place.

 Les HLP du Lycée Jean-Moulin de Béziers

Les HLP du Lycée Jean-Moulin de Béziers

Cette expérience, finalement, nous a permis de nous interroger autrement sur l’Art et les Pouvoirs de la Parole, un des thèmes au programme de la spécialité « Humanités, Littérature et Philosophie ». On s’est aussi interrogé sur le rôle des artistes dans notre société, sur la manière dont les Arts Vivants comme la théâtre, la danse et le cirque peuvent être « engagés », parler de nos problèmes, ou les dénoncer. C’est aussi un questionnement politique pour cette Compagnie. Pour beaucoup d’entre nous, ça a plus de sens d’aborder les problèmes actuels de cette façon, de manière concrète et en impliquant vraiment le spectateur, que de regarder les informations télévisées qui assomment avec leurs pourcentages et qui sont souvent trop loin de nous. Ici, l’argument d’autorité, c’est l’expérience en direct, avec des émotions aussi.

Le groupe HLP, Mme Chanu, Mme Lubac-Quittet, Clémence Quittet, ancienne élève de Jean Moulin, pour les photos autorisées durant la répétition.

Posté par moulin-on-line à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Projet jardinage

Elèves de 1ère ASSP structure, nous avons commencé en octobre 2019 un projet de jardinage, afin de mieux comprendre la méthodologie du projet d'éducation à la santé que nous devrons vraiment réaliser en janvier en PFMP (Période de formation en milieu professionnel) : il s'agit de proposer un projet à partir d'un problème de santé observé en structure.
Ce projet réalisé au lycée peut être transférable sur tous types de population (enfants, personnes âgées...).
Il nous a permis de végétaliser un secteur du lycée situé derrière le bâtiment II.
Si vous avez des boutures, plants, bulbes etc..., vous pouvez les déposer en salle des Lavandes à l'attention de Mme Ayral, enseignante en Sciences et Techniques Medico-Sociales.

20191206_172634      20191206_172836

Après janvier, tout continue puisque nous avons un autre projet à développer.
 
Les élèves de première ASSP OPTION STRUCTURE

Posté par moulin-on-line à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les gestes écologiques au lycée

Dans le cadre de la mise en place des éco-délégués au lycée, un travail en EMC (Education morale et civique) a permis de mobiliser les élèves de Seconde sur la question écologique.

Des affiches ont été réalisées par les élèves de la 2GT06, proposant dix gestes faciles à faire au lycée. Voici un exemple :

aff ecologie au lycée B Lopez

Posté par moulin-on-line à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Alter-Egaux : nous nous engageons

Première rencontre des BTS SP3S première année et de Jean-Remi Barluet. Il a quitté le jardin de Bayssan, en pleine création, ceux qu’il accompagne au quotidien à Paulhan, Montagnac, Valros ou Bayssan, dans des jardins, des écoles, des lycées, des lieux partenaires et des associations, pour venir nous rencontrer en décembre.

Nous l’en remercions.

Nous avons accueilli Jean-Remi Barluet. Durant deux heures, il nous a enchantés par son énergie, sa façon de parler. Il y a des valeurs humaines auxquelles il tient. Il sait faire pousser les arbres, les fleurs, les fruits et les légumes et transmettre son expérience. Il a su nous parler de l’urgence de bien se nourrir, de faire attention à l’eau. Il nous a fait rire sur des sujets qui ne sont pas drôles, au départ. La pauvreté, le chômage, l’exclusion, les clichés qui séparent les gens. Le gaspillage de l’eau, la malbouffe, la somme affolante des déchets. Dans notre région, un enfant sur cinq vit en dessous du seuil de grande pauvreté.

Jean-Remi Barluet est le coordinateur pédagogique de la Croix Rouge Insertion Capdife ("CAP pour l'Insertion par le Développement de la Formation et l'Emploi"), créé en 1998 dans l’Hérault. Pour CARDIFE, deux priorités : considérer l’humain avant tout en fonctionnant selon un principe de solidarité et d’utilité sociale, et aider à sauvegarder la planète, en mettant en place des maraîchages strictement biologiques. Jean-Remi Barluet a su nous parler de tout cela, et évoquer avec nous ce qui sera notre projet commun, notre projet Alter-Egaux. En effet, depuis octobre, notre classe s’est engagée dans ce dispositif académique, soutenu par le Rectorat et un vaste réseau associatif, qui propose de faire se rencontrer des élèves et des personnes en situation de précarité. Dans ce dispositif, il ne s’agit pas de parler des personnes en situation de précarité. Il ne s’agit pas de faire « pour » elles. Il s’agit de faire des choses avec elles.

Jean-Rémi Barluet nous offre la possibilité de rencontrer ces personnes qui se forment et travaillent à CAPDIFE pour leur insertion, d’imaginer avec elles ce que nous pourrions créer ensemble. Il nous accueillera pour ces rencontres dans leur jardin en cours de création, sur le site de Bayssan.

Nous nous engageons dans ce projet Alter-Egaux, accompagnés par nos enseignants – Nicolas Brouste, Nathalie Ramel, Françoise Lubac-Quittet.

La classe de BTS SP3S Première année

Posté par moulin-on-line à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Faits divers : Coincé sous un bus

C'est un accident rarissime qui s'est produit le mercredi 9 octobre 2019 vers 17h30 à la gare routière de Béziers.

Au moment des faits, le chauffeur du car venait de sortir de son véhicule quand celui-ci s'est mis à reculer vers le trottoir. Un homme de 45 ans, assis tranquillement sur un banc, n'a pas vu le véhicule reculer lentement sur lui et ses jambes se sont retrouvées coincées entre le banc et le moteur du car.

Rapidement sur place, les sapeurs-pompiers ont dû démonter la calandre du car et une partie du moteur pour désincarcérer le blessé qui a été transféré dans un état préoccupant à l'hôpital de Béziers. Le car a été placé sous scellé et le conducteur a été placé en garde à vue pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

J’ai choisi ce fait divers car il m’a marqué et qu’il s’est passé à un endroit qui m'est familier puisque j’y prends mon bus tous les soirs. Ce fait divers mérite une attention particulière car il démontre qu’il faut faire attention dans des lieux comme ça où il y a beaucoup de circulation, même si l’on se sent protéger. Cette histoire m’a aussi beaucoup intrigué car quand je me suis rendu à 18h18 pour prendre mon bus j’ai vu les pompiers et la police sur place donc je me suis posé beaucoup de questions sur ce qui c’était passé.

Logan Cidre

Posté par moulin-on-line à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Faits divers : Le décès d’un jeune rugbyman

La mort de Louis Fajfrowski, un séisme dans le monde du rugby.

En août 2018, le rugbyman de 21 ans du Stade Aurillac n'avait pas pu être réanimé après s'être effondré dans le vestiaire à la suite d'un plaquage contre Rodez en match de préparation.

Louis Fajfrowski est né le 6 décembre 1996 en Côte-d’Ivoire d'une mère ivoirienne et d'un père français d'origine polonaise. Il commence la pratique du rugby à XV à Saint-Jean-De-Védas, au sein de l'école de rugby du Rugby olympique vénusien. Il rejoint ensuite les équipes de jeunes de Montpellier en 2012. Membre du pôle espoir de Béziers, il porte le maillot de l'équipe de France en catégorie junior en 2014 avec les moins de 18 ans puis en 2015 avec les moins de 19 ans. Il rejoint ensuite le Stade d'Aurillac à l'intersaison 2015, et prend part à son premier match professionnel le 16 septembre 2016 en tant que remplaçant contre Albi. Dans le cadre d'un match de préparation disputé à domicile contre Rodez le 10 août 2018 pour laquelle il est titularisé, il sort du terrain par ses propres moyens et il est épaulé par les soigneurs, après avoir été sonné sur un plaquage. Une fois dans les vestiaires, il perd connaissance à plusieurs reprises. Malgré sa prise en charge par le corps médical et les secours supplémentaires dépêchés, il ne parvient pas à être réanimé, et décède autour de 20h. Le rapport d'autopsie a été rendu par le parquet d'Aurillac (Cantal). Le décès du joueur est dû à la violence du plaquage subi au thorax durant la rencontre. Ce choc a entraîné une "fibrillation létale", c'est-à-dire que le cœur s'est arrêté et les secours n'ont jamais pu le relancer.

Quand j’ai appris cette tragédie, je rentrais de l’entraînement de rugby avec mon père. Ma première réaction a été de regarder la cause de la mort. Au fur et à mesure que je lisais la cause de sa mort, je me disais: « Mais ce n'est pas impossible de mourir en jouant au rugby !». Après plusieurs minutes de réflexion, j’étais vraiment effrayé de me dire que je pratique un sport qui tue ! Avant son décès, je ne le connaissais pas, je me suis alors intéressé à son parcours. Quand j’ai vu qu’il avait étudié au lycée Jean-Moulin de Béziers, cela a été vraiment une prise de conscience pour moi car j’étudie également dans ce lycée. Je côtoie tous les jours cet établissement où il a passé quatre ans de sa vie, c’est comme si aujourd’hui je perdais un ami. On avait la même passion, la même envie de jouer au haut niveau et je suis triste pour sa carrière même si ce n'est vraiment qu’un petit détail. Car pour les parents, perdre leur fils à seulement 21 ans dans de telles circonstances, c’est inimaginable, irréaliste et certainement très douloureux ! Je leur souhaite énormément de courage. Je m’identifie vraiment à Louis, mourir de sa passion est le plus terrible des accidents.

VASSALLO Théo

Posté par moulin-on-line à 07:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La chronique météo : Une fin d'année pleine de douceurs...

Le calme est revenu en météo après un automne très tourmenté. Ce début d'hiver s'écoule paisiblement et pour encore au moins les dix jours à venir. Profitons donc de ces températures très clémentes avant le retour hypothétique d'un froid de plus en plus incertain.

Décembre 2019 a battu des records de douceur avec un Noël en terrasse puisqu'il faisait 19,4°C le 24 et 19,9°C le 25 décembre sur Béziers ! Le mois dans sa globalité fut plus doux que celui de novembre avec un excédent de 3,2°C sur les températures moyennes. Seuls deux forts coups de vent du sud durant le mois nous ont rappelé que ce n'était pas encore le printemps.

Sur l'année, le constat est similaire. Avec seulement deux mois inférieurs aux normales (janvier et mai), 2019 fut encore une année bien chaude. Sur le pays, c'est la troisième année la plus chaude (depuis le début des mesures officielles en 1900) derrière 2018 et 2014. Rappelons pour information pertinente que parmi les dix années les plus chaudes depuis 1900, huit se situent au 21ème siècle ! Et même les matheux les moins aguerris pourront s'affranchir du calcul de la dérivée pour en conclure que la pente est bien raide depuis trente ans !

Sur Béziers, le bilan est du même acabit et c'est même la première fois depuis que la station est installée au lycée que le mercure n'est pas descendu en dessous du 0° sur ces douze derniers mois. En rase campagne, on dénombre entre dix et quinze gelées sur 2019 dont une tardive en avril qui a fait quelques dégâts dans les vignobles.

Quant aux maximales, juin a fait voler les records les uns après les autres avec un historique 46°C dans l’Hérault et un record de 38,9°C sur Jean-Moulin le 28 juin. Tout cela fut suivi de nombreux jours consécutifs de forte chaleur en juillet avec des maximales quasiment en permanence supérieures aux 30°C.

Enfin, terminons par la sécheresse qui a sévi pendant onze mois, ne faisant relâche qu'en octobre, en nous envoyant, en vingt-quatre heures, l'équivalent des dix mois précédents ! Bizarre, vous avez dit bizarre !

Vous retrouverez tous les détails en lisant les bilans de décembre et de 2019 en cliquant sur les liens suivants :

bilan décembre

bilan 2019

Je vous souhaite une très bonne année 2020
en espérant que la météo comble toutes vos attentes !

Thierry Géhin
Météo Jean Moulin

Posté par moulin-on-line à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,